[AVIS] The Last of Us Part I

J’avoue avoir une très nette préférence pour ce premier épisode. Non pas que le second titre ne soit pas un bon jeu, mais la narration m’avait moins enthousiasmé, j’avais moins ressenti l’urgence post apocalyptique dans le second épisode (et pour cause les survivants ayant eu le temps de s’organiser) et le thème de la vengeance m’avait moins pris aux tripes que celui de la survie et de la mise en place de la relation entre Ellie et Joël.

Un peu d’histoire

Il est délicat de parler du scénario afin de ne pas spoiler les nouveaux venus sur le titre même si nous en sommes déjà à la troisième itération du titre. Remake, remaster de remaster, remake du remaster? La situation est coquasse et vient quelque peu perturber ma propre définition du remaster et du remake. Car dans mon petit monde parfaitement organisé, un remaster s’attache à redonner une certaine jeunesse, le plus souvent visuelle, à un titre alors que le remake s’attarde plus sur une revisite de ce dernier. Un bon exemple de remake est donnée avec les récents Resident Evil 2&3 qui ne se contentent pas d’améliorer le rendu des titres mais proposent également une version remaniée du level design voire du gameplay. Avec ce The Last of US Part I, nous ne sommes pas vraiment dans cette catégorie. Car malgré les nombreuses modifications dont il fait preuve, pour en faire la version ultime du titre, le jeu reste fidèle à son schéma initial. Un remaster du remaster serait plus juste, ce qui a certainement conduit Naughty Dog à ne pas rentrer dans des considérations trop compliquées et à sobrement intituler ce jeu Part I, afin de créer un lien naturel avec la part II et ainsi proposer un moule similaire aux deux titres qui composent la série.

Mais je m’égare, revenons en au scénario. Sans trop en dévoiler, The Last of Us Part I nous fait donc le récit de Joël et d’Ellie, amenés malgré eux à cohabiter dans un monde post apocalyptique où un phénomène étrange a transformé une grande partie de la population en zombies. Joël, récemment touché par un drame, fait partie d’un petit groupe de survivants et se voit confier la tâche d’escorter la jeune Ellie vers une autre faction de survivants car Ellie semble détenir la clé pour lutter contre l’infection qui se propage. Au delà de la lutte pour leur survie, c’est l’établissement d’une relation forte, quasi paternelle, entre nos deux héros que The Last of US nous invite à suivre et qui en fait selon moi, un grand titre. Car plus que l’action, c’est la narration qui prend joyeusement aux tripes; on souffre, on s’émeut, on sourit de voir un homme brisé retrouver progressivement goût à la vie lorsqu’il n’a pas que la sienne à préserver.

Les titres basés sur une vision post apocalyptique sont nombreux mais rares sont ceux qui possèdent ce petit truc qui fait que l’on s’en souvienne. The Last of Us (Part I) en fait partie. Et plutôt que de dévoiler l’intégralité du scénario, que beaucoup d’entre vous doivent déjà connaître, je vais plutôt essayer de donner mon avis sur cette version spécifiquement. Car The Last of US doit être joué, c’est un fait. Reste à savoir dans quelles conditions.

Original, Remaster ou Part I?

Comme je le mentionnais précédemment, n’attendez pas à trouver dans cette Part I de grand bouleversements au niveau du gameplay, ni au niveau du level design. Tout juste le titre bénéficie d’un léger ajustement de caméra, quelques animations retravaillées dont la visée qui se rapproche désormais de celle de la Part II. Mais Joël bénéficie toujours de la même panoplie de mouvements sans profiter des ajouts de sa suite, comme la possibilité de ramper par exemple. Cela s’explique par le fait que le level design lui non plus n’ait pas évolué et que le gameplay calqué sur ce design n’avait pas une grand marge de manœuvre, au risque de casser l’équilibre du jeu.

Si changements il y a, c’est principalement du coté visuel. Et Naughty Dog n’a pas chômé. Comme vous avez certainement pu le constater en visionnant les sliders effectués avec des captures maison, la version remaster (coté gauche) était déjà fort jolie mais la Part I (coté droit) est infiniment plus détaillée. Les bâtiments, les textures, les nombreux détails ajoutés, la végétation bien plus présente sont les premières choses que l’on remarque. Les cut-scenes sont désormais gérées par le moteur du jeu en temps réel et non plus en vidéo comme la version PS4, plus d’écran noir entre la fin de la cut-scene et le gameplay. On note également un travail d’eye-rendering beaucoup plus réaliste rendant les scènes beaucoup plus vivantes.

Puis vient le travail de la lumière, bien plus subtil qu’un bâtiment refait. Et c’est certainement quelque chose de bien plus difficile à observer tant le traitement actuel parait désormais naturel. La lumière diffuse au travers d’une fenêtre, au travers du feuillage. Les explosions génèrent des sources de lumières désormais prises en compte dans la gestion des ombres. Les ombres sont désormais beaucoup plus réalistes (les explosions lors du début mettent bien en avant le phénomène) et ne sont plus projetées de manière parfois illogique par rapport aux sources qui les créent.  De nombreux détails ont été ajoutés aux décors, des éléments auxquels on ne prête pas forcément attention de prime abord mais qui renforcent grandement l’immersion en jeu. Petit détail amusant, les miroirs reflètent les ombres et permettent désormais de débusquer un ennemi planqué dans un coin. La dualsense modifie les couleurs de ses leds en fonction de votre état de santé. Le souci du détail.

L’IA a également été retravaillée, le comportement des ennemis ne semblent plus autant scripté avec des adversaires qui contournent plus aisément pour vous prendre à revers. Tout n’est pas encore parfait mais le réalisme s’en retrouve renforcé. Par contre, on n’échappe pas au comportement de nos coéquipiers toujours aussi étrange dans certaines situations, avec Ellie qui se promène joyeusement devant un ennemi en toute insouciance, sans être inquiétée.

L’audio quant à lui était déjà très bon, et je dois avouer que je n’ai pas décelé d’améliorations extraordinaires. A noter toutefois de nombreuses options d’accessibilité disponibles dont la possibilité d’utiliser les haut parleurs de la manette pour simuler les intonations de voix des personnages.

A qui conseiller cette version?

Malgré le soin apporté à sa cosmétique, The Last of Us Part I suit fidèlement les traces de ses prédécesseurs et au regard du prix actuel de cette version, repasser par la case achat pour celui qui a déjà  pratiqué le titre n’est à conseiller qu’au fan absolu du jeu qui le retrouvera ici sublimé. Pour les autres, la version remaster  tient encore bien la route et attendre une baisse de prix pour se faire plaisir semble être l’option à privilégier.

Pour les nouveau venus, The Last of Us Part I est évidemment la version à conseiller pour profiter du jeu dans les meilleures conditions. Ne l’oublions pas, la plupart des remaster/remake ne s’adressent pas en premier lieu aux vieux de la vieille qui ont déjà profité des titres par le passé, mais à ceux qui vont les découvrir en leur proposant une version remise au gout du jour. Pour ces derniers, The Last of Us Part I est un incontournable, présenté ici sous ses plus beaux atours.

En conclusion
"On prend les mêmes et on recommence", "on ne change pas une formule qui gagne" voilà les rengaines que l'on pourrait émettre dans les premières minutes de jeu alors que nos souvenirs nous jouent parfois quelques tours. Puis on relance la version remaster en parallèle pour se rendre compte du travail d'orfèvre qu'a réalisé Naughty Dog sur la partie cosmétique du titre. Ce dernier se retrouve sublimé que ce soit par les nombreux détails ajoutés aux environnements, les effets de lumières, les cinématiques qui s'enchainent plus naturellement... Alors bien sûr, le fond ne change pas. Gameplay, level design et scénario restent fidèles au matériau de base mais ces derniers étaient suffisamment solides, était-il besoin de risquer de casser un équilibre fragile? The Last of Us est un titre qui se vit, qui prend parfois aux tripes et cette version est assurément celle qui lui rend le meilleur des hommages. Une version à tester que l'on connaisse déjà le titre ou qu'on s'apprête à le découvrir.
Devrait plaire:- Un gros travail de mise à niveau cosmétique
- Une IA améliorée même si toujours perfectible
- Le DLC Left Behind inclus (heureusement)
- Un épisode qui prend toujours aux tripes avec une excellente narration
- Un gros effort sur l'accessibilité


Pourrait ne pas plaire:- La base reste strictement la même (mais elle était déjà bonne)
- Le multi joueurs a disparu
- La position tarifaire fera qu'on attendra une offre plus avantageuse pour redécouvrir le titre comme il se doit.

Support:   Playstation 5  Développeur Naughty Dog – avis réalisé sur Playstation 5 à partir d’un code fourni par l’éditeur.